Contrepèteries musicales

Un art peu pratiqué au Québec ! Pourquoi ?
Le sang lorrain ne coule pas dans le Saint-Laurent !
Ah, la blanquette de Québec !
(Joël Martin)


L'art de la contrepèterie est, dit-on, un phénomène, une particularité en linguistique, presque exclusivement propre à la langue française. Ne fallait-il pas, de même que le contrepoint, honorer ici l'art du contrepet, d'autant plus qu'il est politiquement correct de tout faire pour astiquer la langue française afin de lui donner l'air d'un produit vendable pendant encore quelques décennies?

Mais attention, visiteur curieux ou non initié. Ici comme en musique classique, ici comme à la loge maçonnique, n'espérez pas vous faire offrir sur un plateau d'argent, comme partout de nos jours en notre société décadente, le résultat de ce que vous devrez mériter par le fruit de vos efforts. Il ne suffit pas de gratter en surface pour tout gagner. Le "tout, tout de suite, et sans effort", ici comme ailleurs, anéantirait tout espoir de passage au niveau supérieur nécessaire pour dévoiler et apprécier, sans les prononcer, les interdits en vigueur chez le troupeau du vulgaire.

M.B.

R É F É R E N C E S

La plupart des contrepets proposés ici, peut-être les quatre cinquièmes, ont été publiés dans divers ouvrages de Joël Martin (qui vous offre une bibliographie en bas de cette page) et/ou dans l'Album de la Comtesse, rubrique hebdomadaire du Canard enchaîné tenue par le même auteur depuis plus de 15 ans.

Lorsque connus, divers autres noms d'auteurs sont indiqués en toutes lettres. Spécialistes, demandez-moi d'insérer d'autres références si vous avez des certitudes concernant diverses paternités.

** Ce signe indique certaines contrepèteries qui contiennent plus d'une inversion, en particulier celles de Gral.

Les initiales en référence à la fin de certaines contrepèteries ne réfèrent pas uniquement à des auteurs, mais aussi à des visiteurs de cette page qui ont proposé ces ajouts. En voici la liste:

  • (A.J.) Envoi d'Alain Jacquon, France, site Sérénade.
  • (A.M.) Alcibiade Minel, Paris.
  • (B.P.) Envoi de Bruno Palpant, Japon.
  • (B.Per.) Envoi de Bernard Perthuis, Guyane française.
  • (É.M.) Éric Maliet, Toulouse.
  • (F.D.) De Frank Douet, chef de choeur.
  • (F.P.) Envoi de Frédéric Pagnol, Provence (évidemment!).
  • (G.R.) Envoi de Gui Rulmont, Belgique.
  • (Gral) Guy Léjon, France. Voyez ses 4500 contrepets sur la religion. Il a été inspiré par l'oeuvre de Joël Martin!
  • (J.-C.B.) Envoi de Jean-Claude Boudrant, Provins, France. Le site des Boudrant (1 pianiste, 2 violonistes et 1 altiste)
  • (L.D.) Envoi de Laurent Delaporte.
  • (L.S.) Envoi de Luc Secret, Tournai, Belgique.
  • (M.B.) Envoi de Mickaël Bardin, France.
  • (M.H.) Envoi de Mario Hacquard, Paris, Fr.
  • (R.B.) Envoi de Robert Bernard, France.

N'étant ni virtuose ni spécialiste mais simple admirateur béat (Michel a lésé le Baron [Gral]), je n'en ai forgé qu'une seule, double, mais avec la coopération d'un collègue. À moins que quelqu'un l'ait déjà découverte plus tôt que nous... Comment le savoir ?

Les contrepèteries semblent ne pas être rares sur le Web. Si vous voulez étudier la technique du contrepet ou découvrir d'autres sources sur ce sujet, je vous recommande le site de la Langue au chat, de Daniel Roy et Germain Savard, consacré à la langue française.

(Elles sont sourdes) - Ces petites sottes sont difficiles à former.

(Glassharmonica) - Mozart appréciait la percussion du verre. ( Note 1 )

(Le preneur de son) - Cette chanteuse me brouille l'écoute.

(Variante de la précédente) - Cette grande salle me brouille l'écoute. (B.Pe.)

(Le trac?) - La cantatrice a peur que sa mue la perde...

(À l'opéra) - La figurante a laissé le chou-fleur.

(À l'opéra) - Pour la scène du sérail, inutile de cadrer les stars!

(À l'opéra) - Vois, ce petit rat comblé épate l'étoile!

(À l'opéra) - Ces petits rats sont en congé ! - Joël Martin (Anonyme)

(À l'opéra) - En principe, le dais s'arrête au niveau des fosses, et les vents ne doivent pas atteindre les cintres.

(À l'opéra) - Le chef d'orchestre au chanteur : « Ténor, du feu ! » - (R.B.)

(À l'opérette) - La maquilleuse grime la foule des figurantes.

(Au conservatoire) - Vous avez des faces ineptes!

À la chorale, cette cantatrice donne le ton. (Gral)

À la chorale, ces croyants ont des voix qui crissent. (Gral)

À Pâques, même les cloches vont au bac. (Gral)

Ah, la basse d'élite! - Joël Martin (G.R.)

Ah, Madame, votre si est troublant!

Ah, Maître! Pouvez-vous sans retard m'ôter mon gros chagrin, sans que je sois déboutée?

Ami, entends-tu le glas qui vibre dans la tempête? (Gral)

Après sa Bleue casée, ce moine veut faire changer la verte. ** (Gral)

Auprès du feu de camp, les scouts goûtaient le chant de la conteuse et l'écho de la flûte. ** (Gral)

Au ciel le son des quintes réjouit les anges. (Gral)

Au couvent, tout est histoire de cornettes et de sonneries. (Gral)

Au Tibet, même l’été les gongs sont classés. (Gral)

Aux vêpres, on ressent les pros des voûtes. (Gral)

Bach se mettait en route avec une belle fugue !

Borodine s'intéresse aux falbalas de Luce qui rêve.

Brutale, la mezzo quitta la basse.

C'est le mythe aux clarinettes. (Gral)

C'est une limite, cette grosse basse!

C'est surtout dans les clips que les problèmes de son peuvent devenir gênants.

Callas n'était pas arrivée à Bizet sans peine.

Carmen a proposé sa dot au matamore.

Ce curé, musicologue, craignait de trouver un cancre sur le mont chauve. (Gral)

Ce musicien roumain aime prendre les flûtes de Pan. (G.R.)

Ce musicien aime jouer avec son sax qu'il lève en rythme. (Gral)

Ce petit chantre a un mi bien venu !

Ce prêcheur recherche une belle phonation ! (Gral)

Ce professeur glaçait les élèves avec son chant. (M.B.)

Ce que j'aime dans le clip de Madonna, c'est le son. (Anonyme)

Ce ré est bien vide! Mais ce fa est bien vide, aussi!

Ce soir d'harmoniques, percussion de verres. (Gral)

Ce technicien en a coupé des sons: trop de sons à côté!

Ce vieux baryton bisse: sa femme ne trouve plus ça bête!

Ces musiciennes ont toutes deux paires de luths.

Ces vierges amoureuses d'Horace de leur voix couvrent le son. (L.D.)

Cette Carmen en a assez des do de Bizet. (G.R.)

Cette célèbre cantatrice donnerait volontiers le ton.

Cette fuguiste pratique des mutations félines.

Cette joueuse de trompette a l'air plutôt bonasse.

Cette muse jamais ne refoula ses hôtes.

Cette nonne y joue de la viole. (Gral)

Cette petite flûte aime les piques. (J.-C.B.)

Charlotte porte à ses lèvres l'énorme verre de bitter. (M.H.)

( Vous aimez le son du cor? (J.-C.B.) )

Pour cette oeuvre j'aimerais bien avoir les cors de Houilles.

Ne mouillez pas les cors.

Ne mouillez pas les cordes du premier violon ! (variante, F.P.)

Fouillez les cors !

Ah ! Les cors des Pouilles !

Elle a un violon dans son cœur. (J.-C.B.)

Elle chante avec un ton couvert. (Gral)

Elle découvrit subitement tout le sel du saxo.

Elles me dégoûtent, ces cassettes grecques!

Études: le petit Debussy jouait parfois avec le grand affolé.

Études: Lully exigeait de bons contrats pour ses passe-pieds.

Études d'écriture: il faut toujours sortir du ton sans chromatisme.

Faites attention aux pannes de micro.

Foin du contrepet ! (L.S.) Solution ]

Il reste des morceaux de paille dans l'écouvillon. (J.-C.B.)

Il se moquait de l'adresse douteuse de la clarinettiste dans les fa.

Il y a plein de sites de Bach sur Internet. (J.-C.B.)

Ils ne peuvent plus diéser comme des boeufs à cause de leurs mi avariés.

(Au concert de l'école) Il y a une panne de micro dans les pièces du fond. (B.P.)

J'aime la jolie couleur ronde de Mozart.

Je ne supporte plus les sons pénibles que les flûtes font en Ré. - Joël Martin (A.J.)

Jouable, ce sacré morceau de Lulli !

L’apprenti musicien chante et vit. (Gral)

L'Arlésienne appréciait les hommes qui aiment Bizet assez.

L'harmoniste profane a des ennuis avec son orgue, il prise les sons qui coulent. ** (Gral)

L'harmoniste fait chanter des quatrains qui le font tiquer. (Gral)

L’organiste nous montre sa vierge derrière le panneau. (Gral)

Les choeurs m'élèvent. (B.Pe.)

(La demoiselle assise sur les genoux de Mozart) : « Ah! Beaux-arts, quel mythe ! » - Jean Pouzet, in 500 Nouvelles Contrepèteries, Jean Pouzet (1978), Grancher , 1975 (G.R.)

La cantatrice en perdait le ton en voyant ses petits ténors. - Joël Martin (A.J.)

La chute de la geisha-musicienne devint visible quand le Japon se souleva et son koto se mit à décliner. (M.H.)

La culasse a perdu sa calotte.

La diva provoque l'éjection du ténor enroué: quelle rude éjection!

La femme du basson nous montre son kyste. (Gral)

La femme du chef d'orchestre a fait mander le basson. (F.P.)

La flûtiste dit au tromboniste : " Monsieur, votre coulisse peine ". (J.-C.B.)

La flûtiste fait peur. (J.-C.B.)

La guitariste aimait chatouiller sa gratte. (Gral)

La jeune corniste était déroutée à la vue de ces petits pistons. - Joël Martin (A.J.)

La petite flûtiste joue sur la berge du ravin.

La pianiste a découvert Mozart dans les rondos.

La solmisation de ces notes leur valut un cadeau de Lassus. (L.S.)

La soprano vantait le si du ténor.

La soprano bravait devant ce "Roi de la baguette" : une fine appellation. ** (Michel Baron & Rosaire Simard)

La violoniste branche son "la". (B.P.)

La violoniste aux ré singuliers a trouvé son la, un la déchirant avant de retrouver le si! (Le Tout de mon Cru, Jacques Antel (1975) Jean-Jacques Pauvert.)

La violoniste jouait soutenu au talon. (É.M.)

Le chef a préféré mettre des cordes à sa baguette. (J.-C.B.)

Le chef d'orchestre supplie qu'on lui fasse un petit bécarre sur le do.

Le chef, enfoncé dans sa chaise, battait sans mesure. Il brailla, en tripotant sa baguette.

Le chef de choeur réchauffe sa chorale : «Les sopranes, massez-vous bien la nuque, c'est bon pour le son!» (F.D.)

Le choeur des femmes n'aime pas les violons. (Gral)

Le curé aimait voir sonner les berrichons. (Gral)

Le glas, d'un son court, fait vibrer nos bancs. ** (Gral)

Le jeune flûtiste perd les trous de la flûte. (J.-C.B.)

Le jeune Pelléas tiqua, sans maudire le plan de Golaud.

Le jeune vicaire ne souhaite pas séparer le glas du chant.

Le luthier montrait son la dans les vitrines.

Le maître de chapelle était ému par le son des quintes.

Le membre du jury est-il assez matheux?

Le musicien de colère a pété le contrepoint. (Gral)

Le ténor bisse toujours aux fêtes.

Le ténor se fit prêter la baguette et l'on vit sa basse dépitée. (Anonyme)

Le violoniste fait un pas avant la sonnette. (G.R.)

Le violoniste a fait le bis avec son pupitre. (A.M.)

Les Beaux z'Arts sont un plaisir des Dieux. (Chacun ses goûts!)

Les choristes sont impressionnés par les choeurs d'élus. (Gral)

Les gorges débitent des sons des choeurs. ** (Gral)

Les grandes orgues peuvent-elles avoir des fantasmes ? (Gral)

Les guitaristes ont de solides barrés quand il dièsent.

Les instrumentistes trouvent que ces horribles sons couvrent trop, mais les flûtes les font en ré.

Les luths sont dans la pièce, mais le joueur de guitare devrait se méfier des sonos!

Les musiciennes marocaines astiquent les zarbs au plumeau. (J.-C.B.)

Les musiciens ont bissé leur morceau et ont été fêtés. (Gral)

Les musicologues se demandent s'il est bon de séparer le chant du glas. (Gral)

Les petites choristes ont peur qu'un jour leurs potes muent.

Les pédagogues ont l'air d'aimer. (Politiquement incorrecte)

Les problèmes de mue font sortir les enfants de choeur de la chorale. (Gral)

Les stars à la retraite n'ont plus de résidence.

Les trompettistes au son câlin sortaient des sourdines de leurs malles. (J.-C.B.)

Mais il trouva le LA, avant tout. (J.-C.B.)

Maître, je suis effarée de l'ardeur de votre do!

Maître, je vous montrerai mon Couperin pendant que vous dînerez!

Mettons-nous à l'abri pour jouer au cirque!

Moussorgski lui fit la cour sur le Mont chauve. (J.-C.B.)

N'encollez pas les curistes ! (J.-C.B.)

Oh, le son pénible!

On chante des airs à la mode en Bretagne. (Gral)

Patrick aime les CD. (M.H.)

Pavarotti chante tellement qu'il n'en vit plus. - Luc Étienne (G.R.)

Pavarotti s’entraînait avec des fous de trilles.

Pendant que le chef d'orchestre montre son mi sans percussion, la corniste, déroutée par ces petits pistons, se penche sur la clé d'octave qui peut beaucoup. **

Pensée d'une nonne : «Jésus, par mes joies demeure !» (Gral)

Pour l’aveugle qui sent le vent, tous les saxophonistes lèvent leur sax ! ** (Gral)

Pour voir si elles ont le sang chaud, les percussionnistes leur donnent deux cymbales, et la dame à la jolie caisse claire leur fait fête.

Quand il balance la Séquence, le Carme* se fout pas mal de ses semelles. (M.H.)
(*allusion aux Carmes Déchaussés, vous aurez compris.)

Quand j'admire ces magnifiques ténors, j'en perds le ton!

Que de douleur dans ses solos ! (J.-C.B.)

Quel beau métier, professeur!

Quel mi valeureux!

Qu'il est doux d'entendre clapoter des notes dans la pluie ! (Germain Savard, pour les Québécois. Elle est double et pratiquement non exportable)

Rien ne vaut une bonne basse de Fez. (J.-C.B.)

Saint-Hubert aimait les brames ludiques. (Gral)

Sainte-Colombe, violiste fumeur, n'a jamais essuyé les joutes entre les gambes des musiciennes. (M.H.)

Tu joues bien du cor, Daquin!

Têtant machinalement son sax, la débutante sentit qu'elle avait le fa bouché.

Ulysse se méfiait des chants de la ville. (Gral)

Un faux mage croulant a accueilli des partoches de Blues. (M.H.)

Un solo dans la nuit : mon sax t'étonne. ** (Gral)

Une bonne qualité auditive permet de distinguer l'écho des sons. (Gral)

Une cantatrice toute en brillants passe en brillant! ** (Gral)

Voilà les pires vinyles! Ah, ces cassettes m'écoeurent! **

Vos petites chèvres me font penser à la Walkyrie. (M.H.)

Vous me le donnez bien mollement votre sol! Je suis vexée! (A.J.)

Y'en a qui parlent de Bizet de façon très pédante. (J.-C.B.)


ANAGRAMMES DE PHONÈMES

Ça peut faire penser à des contrepèteries, mais ça n'en est pas. C'est assez difficile à décoder, surtout lorsqu'on reste dans le réflexe mental de résoudre une contrepèterie. M'enfin, le sujet est quand même musical...

Roger Boutry, son grand pote. (Anonyme)

Jésus, que ma joie demeure (A.M.)

George Sand l'apprend à Bizet. (Gérard Gasparian) (difficile)

La Symphonie fantastique (communiquée par Joël Martin)


CONTREPÈTERIES EN ANGLAIS (un louable effort...)

What's the difference between a baby and an opera conductor ? - The baby sucks his fingers... (Claire Delavallée.).

What is the difference between a seamstress and a coloratura soprano ? - The one tucks and frills, while the other...

Celle-ci est sans garantie, elle est de mon cru (dur, dur, pour un francophone) :
She saw him on the stair, practicing the spinet in the attic.


Cette page se limitera aux contrepèteries à sujets musicaux. Toute contribution sera évidemment hautement appréciée, avec mention (ou non) du contributeur, selon son désir, mais surtout avec mention de l'auteur dans toute la mesure du possible. Vous connaissez une contrepèterie musicale dont vous êtes certain de l'auteur? Vous en avez composé une? Écrivez vite à .

N O T E

(1) (Glassharmonica): Mozart appréciait la percussion du verre. Une précision à ce sujet (mais évidemment, si l'on est précis musicalement, la contrepéterie ne fonctionne plus) envoyée par Thomas Bloch, l'un des deux interprètes professionnels, dans le monde, du Glass Harmonica :
« Cet instrument n'a jamais été percuté, mais toujours frotté avec les doigts mouillés. Si Mozart a écrit pour lui, il a aussi employé un autre instrument dont le nom est voisin, l'harmonica de verre (alors que la traduction pour le glassharmonica de Benjamin Franklin (1761), avec les verres frottés, est Armonica de verre, sans "h"), dans la "Flûte enchantée", par exemple (d'où des confusions dans plusieurs ouvrages et dictionnaires, de la part de musicologues... ce n'est pas simple, je l'avoue !). Ce dernier est un petit xylophone à lames de verres. Il a été remplacé plus tard, à l'orchestre, par le célesta (bien plus virtuose, grâce au clavier et plus sonore). »

Thomas Bloch, thomas@thomasbloch.net

Joël Martin, la Comtesse du Canard enchaîné, se plaît à ajouter à ce qui précède : « il a tout à fait raison, et Mozart présentait son mi sans percussion... »

Vous avez aimé ? Eh bien lisez-en d'autres grâce à cette
B I B L I O G R A P H I E
par Joël Martin
( la Comtesse du Canard Enchaîné )

Cher Michel Baron ( l'équipière bercée par tant de gîte donne-t-elle son coeur au gentil Baron ?)
Vivent les notes comiques et les sons qui couvrent bien !
En déballant votre site, j'ai vu que vous vous intéressiez aux bécarres sur le do, aux ré bien vides, aux mi bienvenus, aux fa bouchés, aux sols exsangues, aux la sur lesquels on aime à se brancher, aux si que l'on pousse quand on est en veine, aux violons qui blessent les coeurs et autres cors penauds.

*Les livres précédés d'un astérisque sont pour les enfants de 6 à 126 ans, les autres pour ceux à partir du moment ou ils possèdent le vocabulaire spécialisé. A l'appréciation de chacun et éventuellement de chaque parent...

  • La Redoute des Contrepèteries, Louis Perceau (1934) Briffaud, constamment réédité depuis
  • L'Art du Contrepet, Luc Etienne (1957) Jean-Jacques Pauvert, réédité en Livre de Poche
  • L'Album de la Comtesse, Luc Etienne, contrepèteries parues dans la rubrique hebdomadaire "Sur l'Album de la Comtesse" du Canard Enchaîné entre 1951 et 1969 (1969) mêmes éditeurs que le précédent
  • Sagesse n'est pas folie, Ahmédée et Lharidelle (1973) Pierre Horay
  • Le Tout de mon Cru, Jacques Antel (1975) Jean-Jacques Pauvert
  • 800 Contrepèteries inédites, Jean Pouzet (1975), la Pensée Moderne
  • 500 Nouvelles Contrepèteries, Jean Pouzet (1978), Grancher (Éditeur à vérifier)
  • Le Nouvel Album de la Comtesse, (période 1967-1979), Luc Etienne et Jacques Antel (1979) Stock
  • Manuel de Contrepet, l'Art de déCaler les Sons, Joël Martin (1986) Albin Michel
  • Sur l'Album de la Comtesse (période 1979-1987), Joël Martin (1988) Albin Michel
  • Le Contrepet Quotidien, Jacques Antel (1990) J. J. Pauvert
  • Le Contrepêtisier, Joël Martin (1992) Presses de la Cité "Hors Collection"
  • *La Vie des Mots, l'Ami des Veaux, (contrepèteries pour les enfants), Joël Martin (illustré par Rémi Le Goistre) 1994 Albin Michel
  • *Contrepétarades, Joël Martin et Rémi le Goistre (1994) Le Seuil, collection Petit Point, réédité en Point-Virgule
  • *L'Art des Mots, L'eau des mares, des mêmes auteurs (1995) Albin Michel Jeunesse
  • *Contrepétines (comptines en Contrepets) des mêmes (1996) Même éditeur
  • Sur l'album de la contesTe, Joël Martin (1997), Albin Michel
  • Le Dico de la Contrepèterie, Joël Martin (1997) Le Seuil
  • Le tri des fouilles, Jacques Antel (1999) (éditeur à venir)
  • *Des Prénoms fous, fous, fous (contrepèteries sur les prénoms), Joël M. et Rémy LG. (2000) Albin Michel Jeunesse
  • La contrepèterie, Joël Martin, aux Presses Universitaires de France (PUF, collection « Que sais-je ? ») sorti le 15 mai 2005
  • Le petit livre des contrepèteries, Joël Martin aux éditions First, début septembre 2005
DES NOUVELLES, DES NOUVELLES (par Joël Martin)

- La réédition du Tout de mon cru de Jacques Antel aux éditions la Musardine (2002)

- Le premier recueil féminin : "la Contrepèterie pour tous", de Armelle Finard, chez Plon. On ne sait pas si l'éditeur bêle devant Armande ni si Finard a une grosse paye. Mais on sait que le vieux Payot n'a rien de Fayard...

- Je viens de remettre un gros pavé de 900 pages et 20.000 contrepèteries dont environ 90 pour cent de nouvelles à Robert Laffont, à paraître vers mars 2003 dans la collection "Bouquins". Titre provisoire : "Le Bouquin du Contrepet", sous-titre provisoire : "La bible qui compte pour décaler les sons".

Je vous signale aussi le recueil "Sabine et ses potes", de Robert Meslé et Walter Olivotto, chez Nigel Cauvin, 1988 (éditeur hélas disparu) et le recueil malheureusement introuvable de Jacques Oncial (1909) : "le Trésor des équivoques, antistrophes et contrepéteries" (contrepéteries avec un "é") qui contient bien des trésors repris par Perceau dans la Redoute (le jeune homme à la mine piteuse, la pièce du fond, le pis de la vache etc.)

"Le tri des fouilles" de Jacques Antel n'a malheureusement pas encore trouvé d'éditeur, et s'appellera sans doute "Le tout de mon cru, le retour". En outre, Jacques Antel a publié une suite au Contrepet quotidien : "Titres fourrés", qui hélas n'est pas commercialisée, mais peut se commander à l'adresse suivante : Oleyres, en Suisse (CH - 1580) (Email : peripheriscope@bluewin.ch). C'est dans les 15 euros. Ce recueil est très joli, et mérite d'être signalé aux internautes. Si ça vous dit de le faire, moi je n'ai pas de site [Internet], mais j'ai fait un petit papier (condensé) dans le Canard enchaîné.


6 mars 2003
LA BIBLE DU CONTREPET
Bonjour à toutes et à tous

J'ai le plaisir, l'honneur, l'avantage etc. de vous annoncer la naissance de mon onzième bébé de papier. Un gros, très gros bébé : 964 pages. Le père et l'enfant se portent bien. Surtout l'enfant car malgré ce nombre de pages, son poids est très raisonnable car il est sur papier bible.

Il s'agit de "La Bible du Contrepet (Une bible qui compte pour décaler les sons)", édité chez Robert-Laffont dans la collection "Bouquins".

J'ai relabouré tous les champs du Contrepet que j'avais déjà explorés, mais en les creusant bien plus profondément. Résultat : 20 000 contrepèteries, dont 18 000 nouvelles. Et probablement plus...

Y figurent un historique du Contrepet, une grammaire (propos calés sur les sons) : classification, traduction et composition, 10000 contrepets thématiques (politique, religion, musique, gastronomie, etc.), 1300 contrepets "convenables", et contrepets pour les enfants, un gros bottin contrepétulant (portraits contrepétillants de Abitbol à Zidane, 3000 contrepèteries) et un catalogue genre dictionnaire de rimes (le cartalogue des trocs suscités pour décaler les sons), où j'explore toutes les permutations possibles de consonnes (B/C, B/CH, B/D etc., puis C/CH, C/D... puis de voyelles : A/Ê, A/EU, A/I et tutti quanti. J'en tire dans les 7000 contrepèteries. Enfin, bien sûr, les solutions des pièges.

Les textes de présentations sont truffées de contrepèteries sournoises non signalées. S'y superpose un bouquin bis souterrain sous forme de quelques 2000 notes de bas de page, la plupart contrepétées.

Voilà, ça fait pas mal si vous le prenez sur le pied, vous pouvez l'emmener partout, l'ouvrir n'importe où à n'importe quelle page et vous en faire une dizaine ou beaucoup plus. J'assure le service après-vente (ventes fastes, ou ventes raffinées).

Bosses grises aux dames et amitiés aux messieurs.

Joël Martin,
alias l'actuelle Comtesse.


Ce site entend se conformer à la trop complexe législation sur les droits d'auteurs,
selon la Convention de Berne et la Convention universelle sur le droit d'auteur.
En cas d'apparente infraction, veuillez communiquer directement avec l'auteur

qui se fera un devoir de résoudre immédiatement tout litige.